Sélectionner une page

Le tressautement musculaire ? Vous savez, quand votre paupière vous gêne parce qu’elle « bouge toute seule ». J’ai expérimenté ces fasciculations pendant plusieurs années : dans les bras, dans les cuisses, dans les mollets, sur mon visage, mais aussi dans le ventre et dans le dos… Ces tressautements se voyaient à l’œil nu et étaient souvent si forts qu’ils me réveillaient la nuit. Absolument pas douloureux, juste gênants. Ils s’installaient pendant de longues semaines, puis repartaient à ma grande joie, sans que je comprenne vraiment pourquoi.

Solutions testées contre les fasciculations

  • Le premier réflexe que j’ai eu pour enlever cette gêne a été celui de tester le magnésium sous différentes formes => pas d’amélioration.
  • Ensuite, j’ai pris des médicaments prescrits par des neurologues => aucun effet non plus.
  • J’ai espéré alors que les traitements contre Lyme et co-infections allaient corriger ces symptômes => no chance.

Les aliments correcteurs ?

Au cours de ces dernières années, j’ai remarqué que je mangeais très volontiers du fromage et aussi de la viande rouge. Cela me donnait un peu d’énergie, un « petit coup de fouet ». Par exemple, un bon steak tartare me permettait de me sentir un petit peu mieux, un peu moins fatiguée. Alors j’en prenais régulièrement, persuadée que ce qui me faisait envie était certainement un peu ce dont j’avais besoin.

Et récemment, une piqûre de vitamine B12 m’a changé la vie !

Là c’est peut-être un peu exagéré, mais j’en suis tellement heureuse que je vous le partage aujourd’hui : il m’a fallu un shoot de vitamine B12 pour que 24 heures après, je n’aie plus de fasciculations pour quelques jours.

Je n’ai plus eu de sensations de « shaking » non plus. Ça, c’est aussi un symptôme que j’ai plus de mal à décrire, mais que beaucoup de lymés connaissent pour autant. C’est une sensation de frisson qui parcourt mon corps du bas en haut en une fraction de seconde, et qui « secoue ». On ne voit rien sur le corps, on n’a pas froid, on n’a pas mal, mais c’est encore juste une sensation neurologique désagréable. En bien ça aussi : « foutsch », parti après cette piqûre de vitamine B12 !

Mais qu’est-ce que la vitamine B12 ?

La vitamine B12 fait partie du groupe des cobalamines. C’est une vitamine indispensable à la synthèse de l’ADN de toutes nos cellules, elle est essentielle au bon fonctionnement de notre cerveau et de notre système nerveux. Elle n’est pas produite par notre organisme alors il est nécessaire de l’intégrer dans notre alimentation.

Dans quels aliments la trouve-t-on ?

La vitamine B12 provient quasi exclusivement de sources animales. Les végétaux n’en contiennent pas. Les végétariens et végans la connaissent bien, ils doivent combler ces carences par des compléments alimentaires. On trouve de la vitamine B12 :

  • dans la viande : foie de bœuf, de veau, d’agneau, pâté de foie, abats, canard…
  • dans le poisson : œufs de saumon, huîtres, anchois, moules, hareng, crabe, thon, maquereau, poulpe, sardines
  • dans le fromage et le lait
  • dans le jaune d’œuf

Attention, cette vitamine est hydrosoluble et sensible à la lumière et à la chaleur, alors pour la préserver, privilégier une cuisson de courte durée. Cela confirme certainement d’ailleurs pourquoi le steak tartare (viande non cuite) me fait tant de bien ! Pour en savoir plus, vous pouvez aller sur ce site génial qui est entièrement dédié à cette vitamine.

Bienfaits, symptômes d’une carence, mode de complémentation, dosage, toxicité et interactions médicamenteuses ?

Plusieurs sites présentent clairement tous ces points. Je vous ai mis des liens qui m’ont intéressée en fin de post et vous liste ici certaines infos qui m’ont marquée :

D’abord, j’ai été sidérée du nombre de symptômes possibles d’une carence en B12 : tachycardie, étourdissements, fatigue, essoufflement, anémie pernicieuse, atteintes neurologiques, troubles circulatoires et du système nerveux autonome, perte d’audition, troubles oculaires, attaques de panique, fonte musculaire, « shaking », sensation de froid (liste non exhaustive).

Je note aussi que :

  • L’acide folique (ou vitamine B9) ne doit pas etre donné de manière empirique sans avoir verifié le niveau de B12. L’acide folique ne peut pas etre métabolisé s’il n’y a pas suffisamment de vitamine B12. Il semble aussi que comme pour la B12, la vitamine B6 a besoin aussi de B12 pour bien agir.
  • « Les personnes qui prennent des inhibiteurs de la pompe à protons sont souvent en manque de B12 ». Attention aux interactions médicamenteuses, notamment celle avec les inhibiteurs de la pompe à proton de type Oméoprazole, que prennent souvent les Lymés pour calmer leurs douleurs gastriques.
  • Le fait de mâcher aide à l’assimilation de la vitamine B12 (protéine R présente dans la salive).
  • Les personnes âgées qui tombent ? C’est souvent lié à un manque de B12.
  • Un surdosage de B12 semble presque impossible. En effet le corps évacue a priori facilement les quantités inutilisées. Mais attention tout de même, car qui dit évacuation dit que les reins sont mis au travail pour ce detox.

Et vous ?

Prenez-vous de la vitamine B12 en complément de votre alimentation ? Sous quelle forme ? Ressentez-vous ses bienfaits ?

Pour en savoir plus encore :

Article précédent