Sélectionner une page

Une étude qui vient d’être publiée par les chercheurs de l’université Johns Hopkins de Baltimore montre que la combinaison de 3 molécules antibiotiques a éradiqué les borrélies persistantes après le traitement antibiotique actuel officiel proposé contre la maladie de Lyme… sur des souris !

Rappelons que la communauté scientifique a du mal à se mettre d’accord sur l’existence et par conséquent aussi sur le nom à donner aux syndromes récurrents et persistants de la maladie de Lyme après un traitement recommandé par les autorités de santé. « Syndrome post Lyme », « Lyme chronique », « syndrome infectieux lié aux tiques », « syndrome persistant polymorphe après une possible piqûre de tique », en anglais PTLDS pour « Post Treatment lyme Disease Syndrome »… le choix est vaste.

Les chercheurs de John Hopkins ont isolé des formes à croissance lente de la bactérie Borrelia Burgdorferi qui provoquent des symptômes semblables à ceux de l’arthrite et qui ne sont pas éradiquées avec le traitement antibiotique standard. Ils ont de plus réussi à éliminer l’infection chez les souris de l’étude en associant 3 antibiotiques différents : la daptomycine, la doxycycline et ceftriaxone. 

Des souris… et maintenant des hommes ! Go on !

« Beaucoup de médecins voulaient faire des essais cliniques sur des combinaisons d’antibiotiques chez des patients atteints d’un syndrome post Lyme, et maintenant nous avons des résultats chez des animaux qui appuient l’idée de tels essais », dit Ying Zhang, MD, PhD, professeur au Département de microbiologie moléculaire et immunologie à l’école Bloomberg de John Hopkins. Ces 3 antibiotiques mis en jeu sont déjà disponibles sur le marché, alors on peut penser d’emblée que ce traitement pourra être accessible facilement et rapidement. Espérons que cette trithérapie pourra être rapidement testée sur les hommes pour en déterminer notamment les effets et les doses nécessaires. On peut aussi se demander à qui elle sera proposée sachant qu’il semble que les bactéries persistantes sont difficiles à tester. Les médecins devront-ils se baser sur des symptômes ou effectuer des traitements d’épreuve ? La tâche à réaliser est immense, mais je suis très impatiente d’en savoir plus ! 

Les médecins Lyme américains ont relayé l’info à toute vitesse la nuit dernière, très excités par ces résultats. « Enfin une bonne étude sur le traitement de Lyme sur un animal ! Maintenant, si nous pouvions faire la même chose pour Bartonella et autres co-infections… » annonçait le Docteur P. Stevens.